Qu’est-ce que le schéma actantiel de Greimas ?


écriture / mardi, septembre 21st, 2021

Avant de vous expliquer ce qu’est le schéma actantiel, je dois vous avouer une chose.

J’ai longtemps galéré à écrire des histoires.

J’avais beau essayer de toutes mes forces, je n’arrivais jamais à finir mes romans. Il y avait toujours un moment où ça coinçait et je recommençais à zéro sur un autre projet…encore et encore.

Les choses auraient pu en rester là mais un jour, je suis tombé sur un livre qui parlait de structures narratives.

Ce fut un tournant décisif pour moi, car j’étais contaminé par le mythe de l’écrivain qui rédige un premier jet parfait grâce à la puissance (cosmique phénoménale ^^) de son cerveau.

Et paf ! Voilà que j’apprends qu’en fait il existe des méthodes pour écrire un roman.

Grosse révélation !

Depuis, j’ai cultivé mon savoir en storytelling (l’art de raconter des histoires) et j’ai même obtenu un prix littéraire en 2021.

Tout ça pour dire, que si vous avez du mal à finir vos romans, n’abandonnez pas. Il vous manque simplement quelques bases.

Parmi elles, il existe le schéma actantiel, qui est un des ancêtres de la dramaturgie moderne.

Et qui sait ? En le découvrant, vous arrivez peut-être à terminer votre livre après cet article ? 😉

C’est quoi le schéma actantiel ?

Inventé en 1966 par Algirdas Julien Greimas, le schéma actantiel (ou « modèle actantiel« ) est un outil narratif classant un récit en 6 forces motrices : les actants.

Chaque actant possède un rôle spécifique qui sert à faire avancer l’histoire :

  • Sujet
  • Objet
  • Destinateur
  • Destinataire
  • Opposant
  • Adjuvant

Ils peuvent être des personnages, des animaux, des créatures, voire parfois des choses (sentiments, objets, désirs, la société etc.).

Parfois, plusieurs personnages peuvent remplir un même rôle.

Par exemple, dans Star Wars, R2-D2 et C-3PO sont tous les deux des adjuvants.

Quels sont les rôles des actants ?

Dans le schéma actantiel, il existe une action principale appelée « la Quête ». Pour mener à bien celle-ci, 6 éléments doivent être présents :

  • Le Sujet
  • L’Objet
  • Le Destinateur
  • Le Destinataire
  • L’Opposant
  • L’Adjuvant

Le rôle du Sujet

Sans lui, point de salut !

Il s’agit du personnage principal (le protagoniste). Il a pour mission de réaliser la Quête, c’est-à-dire le problème à l’origine de l’histoire.

Parmi les Sujets célèbres, on trouve :

  • Harry Potter
  • Katniss Everdeen
  • Luke Skywalker
  • Bella Swan
  • Frodon
  • Miss Marple
  • Naruto
  • Rambo…c’était pas ma guerrrrrreeeee !!!!

L’Objet

L'objet dans le schéma actantiel

Contrairement aux autres actants du schéma actantiel, il s’agira souvent d’une chose et pas d’un personnage.

En effet, l’Objet représente l’objectif de la Quête, ce que désire le héros (le Sujet).

Il peut s’agir d’un objet ou d’une chose immatérielle.

Par exemple :

  • obtenir un jouet de collection pour Noël
  • récupérer une épée magique
  • devenir le plus grand des pirates
  • capturer un criminel
  • trouver l’amour
  • sauver son royaume
  • échapper à un monstre de film d’horreur
  • faire un choix interminable entre aimer un vampire ou un loup-garou 😉
  • etc.

Le rôle du Destinateur

Parfois appelé « Émetteur » ou « Énonciateur », le Destinateur est celui qui donne au Sujet (le héros) sa quête.

Bien souvent, le ou les Destinateurs apparaissent en début de récit et sont occasionnellement à l’origine de l’élément déclencheur.

Dans les contes ou les récits de chevalerie, l’Énonciateur est souvent le roi qui mande un preux chevalier pour récupérer une princesse en détresse, sans considération pour les espèces en voie de disparition 😉

À la fin de l’histoire, l’Émetteur reviendra pour juger de la réussite ou de l’échec du Sujet dans sa quête.

Généralement, cette reconnaissance prendra la forme d’un cadeau (un royaume, une promotion, la main de l’être aimé, etc.) ou d’un dialogue de félicitation.

Parfois, le Destinateur n’est pas un être physique mais quelque chose de plus physique (la conscience du héros, la société, etc.).

Par exemple, l’amour va pousser un jeune criminel à rentrer dans le droit chemin et gagner un concours de danse.

Le rôle du Destinataire

Le destinataire dans le schéma actantiel de Greimas

Dans le schéma actantiel, on parle de Destinataires pour désigner ceux qui reçoivent un bénéfice, une fois la Quête accomplie.

Ce sont eux qui reçoivent l’Objet de la Quête.

Ça peut-être n’importe quel personnage de l’histoire, y compris les autres actants.

Ainsi, le Sujet est également souvent Destinataire car il reçoit une récompense pour avoir accompli sa quête.

Par exemple, Naruto (Sujet), du manga éponyme, obtient en récompense de l’accomplissement de sa quête le titre de Hokage (il devient donc destinataire).

L’Opposant

Une histoire, c’est comme un footing. Il faut qu’une personne en bave pour en tirer un bénéfice 🙂

Dans les romans, l’Opposant ou les Opposants jouent ce rôle pour le Sujet (le héros).

Ils représentent tous les obstacles que doit affronter le personnage principal pour accomplir sa quête.

Il peut s’agir de vrais adversaires :

  • sbires
  • seigneur maléfique
  • patron tyrannique
  • serial killer
  • etc.

Ou d’éléments matériels ou immatériels :

  • pièges mortels
  • tempête glaciale
  • éruption volcanique
  • problème de drogue ou psychique du héros

Les Adjuvants

L'adjuvant du schéma actantiel (modèle actantiel)

Ils sont les BFF (best friend forever) du Sujet.

Ce sont tous les éléments qui vont aider le héros dans sa quête.

Que ce soit des personnages :

  • Ron et Hermione dans Harry Potter
  • Butler dans Artemis Fowl
  • Win dans la saga Myron Bolitar d’Harlan Coben
  • Watson pour Sherlock Holmes
  • M. Thompson dans Pretty Woman
  • les fées dans les contes
  • etc.

Ou des choses :

  • coup de vent miraculeux
  • gadgets des James Bond
  • objet magique
  • etc.

Avec l’adjuvant, nous avons terminé notre tour d’horizon des différents rôles définis par le schéma actantiel et leurs relations entre eux.

Il ne reste plus qu’à compléter avec un peu de structure, pour que vous puissiez l’utiliser dans vos romans.

Vous voulez découvrir 2 structures narratives et recevoir des supers mails de conseils d’écriture ? Inscrivez à la newsletter ci-dessous (c’est gratuit et vous pouvez vous désinscrire quand vous voulez). Ps : l’article continue après le formulaire.

Les relations entre les différents actants du schéma actantiel

On l’a vu, dans le schéma actantiel, chaque actant possède un rôle.

Ils ont une mission à réaliser et entrent à cette fin en relation avec les autres actants selon trois axes, que nous allons voir maintenant.

L’axe du désir

Il s’agit de l’axe qui définit la relation entre le Sujet et l’Objet.

On parle « d’axe du désir« , « d’axe de la quête« , ou « d’axe du vouloir » car pour qu’il y ait une histoire il faut que le héros désire obtenir quelque chose (l’Objet).

Par exemple :

  • sauver le monde
  • trouver l’amour
  • venger sa famille
  • etc.

L’axe du savoir

axe du savoir du schéma actantiel

Via cet axe, le Destinateur met en relation le Sujet avec l’Objet, au bénéfice des Destinataires.

En gros, le Destinateur donne une quête à accomplir au héros (l’Objet), et si ce dernier réussit, plusieurs personnages (dont lui) obtiendront une récompense.

L’axe du pouvoir

Il relie les Adjuvants et les Opposants.

D’un côté, on a les forces positives qui vont aider à l’accomplissement de la quête. De l’autre, on a les forces négatives qui veulent faire échouer le Sujet.

Bref, les Adjuvants aident et les Opposants pourrissent la vie du héros.

En réalité, pour bien comprendre le schéma actantiel, il est inutile de retenir ces axes. L’important est de bien comprendre le rôle de chaque actant.

Pour vous y aider, voilà quelques analyses d’oeuvres célèbres.

Exemples de schéma actantiel dans des oeuvres connues

Le Petit Chaperon Rouge

Le petit chaperon rouge un exemple de schéma actantiel (exercice)

Qui ne connaît pas ce conte ? Publié originellement en 1967 par Charles Perrault, ce dernier refera surface dans une version définitive par les frères Grimm en 1857 et est devenu un classique.

Son schéma actantiel est le suivant :

Le Petit Chaperon Rouge (Sujet) est envoyé par sa mère (Destinateur) apporter une galette (Objet) à sa grand-mère (Destinataire).

Sur le chemin, le Grand Méchant Loup (Opposant) va dévorer la grand-mère, puis le Petit Chaperon Rouge.

Heureusement, ils seront délivrés par un chasseur (Adjuvant).

Le seigneur des anneaux

Dans ce monument de la fantasy, le schéma actantiel de l’oeuvre de Tolkien est le suivant.

Frodon (Sujet) est chargé par la communauté de l’anneau (Destinateur) de jeter un anneau maléfique (Objet) dans un volcan, afin de détruire Sauron, un seigneur maléfique (Opposant).

Pour ce faire, il est accompagné d’Aragorn, Legolas, Gimli, Sam Gamegie et deux hobbits foireux (Adjuvant).

Après de multiples aventures, ils réussiront à détruire l’anneau et à sauver les peuples de la Terre du Milieu (Destinataires).

La théorie des trois épreuves

La théorie des 3 épreuves du schéma actantiel

Une fois le modèle actantiel établi, il est souvent conseillé dans les manuels de compléter cette approche avec la théorie des 3 épreuves. Celles-ci ayant lieu dans l’ordre suivant :

  • L’épreuve qualifiante : qui fait du Sujet pour la première fois un héros
  • L’épreuve principale : celle de la quête de l’Objet
  • L’épreuve glorifiante : celle qui voit remettre l’Objet aux Destinataires

Je ne vais pas m’appesantir car je n’utilise pas du tout cette approche dans la pratique. Il fallait cependant que j’en parle pour traiter le sujet à fond.

Personnellement, j’emploie plutôt des structures narratives plus avancées et je vais vous expliquer pourquoi maintenant.

Les limites du schéma actantiel

Il y a un gros problème avec le modèle actantiel.

Il ne traite pas du tout de l’évolution interne des personnages.

Les personnages sont figés dans ces rôles d’actant. Ils peuvent certes passer d’adjuvant à opposant.

Cependant, le schéma actantiel de Greimas ne prend pas en compte l’évolution psychique des personnages.

Or, Bridget Jones aurait-elle été aussi intéressante si elle n’avait pas eu des complexes à surmonter ?

Non, ça aurait l’histoire banale d’une meuf (sujet) qui cherche un mec (Objet), et qui a éventuellement un problème de culotte 😉

L’autre problème du modèle actantiel, c’est qu’il n’aide pas beaucoup côté structure de l’histoire. Il permet juste de dessiner des grandes forces en présence.

C’est déjà bien pour les débutants mais il existe beaucoup mieux, c’est ce que je vais vous présenter maintenant.

Pour aller plus loin

Dans cette partie, je vais vous donner le plan d’action qui m’a permis d’enfin venir à bout de mes histoires.

Et même s’il m’arrive encore d’abandonner, cette méthodologie m’a permis de faire un grand pas dans ma carrière d’écrivain.

C’est pourquoi je vous la donne aujourd’hui.

Pour apprendre à écrire un roman, la meilleure chose à faire c’est…comprendre comment fonctionne une histoire.

Pour ça, il existe des livres super. Le seul hic, c’est que c’est payant donc si vous ne pouvez pas vous le permettre voilà une alternative.

J’ai recensé 5 structures de récit sur lesquelles vous baser :

Pour les 2 autres structures, elle se trouve dans mon kit de l’écrivain, disponible en s’inscrivant à la newsletter.

C’est gratuit et vous pouvez vous désinscrire quand vous voulez, si ça vous soûle de recevoir des mails sur l’écriture. Il suffit juste de remplir le formulaire ci-dessous avec son adresse mail.

Voilà, vous savez comment faire maintenant. À vos claviers !

2 réponses à « Qu’est-ce que le schéma actantiel de Greimas ? »

  1. Très sympa pour déterminer si une histoire sera intéressante ou pas et si elle ne l’est pas, cela peut donner des pistes sur ce qui manque pour la rendre intéressante.
    Du coup faut lire les 3 articles… bon d’accord, j’y vais ^_^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *