Pause Café: mon avis sur l’intégrale de Prince Captif


critique / lundi, avril 2nd, 2018

Bonjour à tous! Dans le dernier Pause Café, nous avions parlé de la Trilogie de Joyaux Noirs, une trilogie très intéressante à ne pas mettre dans toutes les mains. Aujourd’hui, je vous présente l’intégrale de Prince Captif de C.S Pacat édité aux éditions Bragelonne. Il s’agit là-encore d’une trilogie de Fantasy dont la 4e de couverture m’a intrigué.

Je ne vous en dis pas plus et je vous laisse découvrir par vous-même l’histoire dans la partie ci-dessous.

 

De quoi parle Prince Captif?

avis intégrale Prince Captif
Prince Captif, Tome 1 de C.S Pacat, aux éditions Milady

A la suite d’un coup d’Etat, le prince Damianos est fait prisonnier par son demi-frère et est envoyé dans un royaume ennemi pour servir d’esclave sexuel. Son nouveau maître n’est autre que le prince Laurent, un homme qui déteste plus que tout le peuple de Damianos. Embarqué de force dans les intrigues de Laurent, Damianos devra à tout prix survivre tout en cachant son identité.

Si sur le papier l’intrigue semble intéressante, est-ce pour autant le cas à la lecture?

En effet, plusieurs extraits de critiques présentes en 4e de couverture comparent cette oeuvre à la saga Game of Thrones, j’étais donc très curieux de savoir si Prince Captif rivalisait avec ce monument de la Fantasy.

Qu’en est-il en réalité?

 

Mon avis sur Prince Captif

avis intégrale Prince Captif
Prince Captif tome 2, de C.S Pacat, aux éditions Milady

Je trouve l’intégrale de Prince Captif plutôt décevant. Si au niveau stylistique l’écriture de l’auteure est plutôt fluide, l’intrigue reste traitée de façon trop banale. La relation des deux princes prend le tournant d’une amourette classique bien qu’à plusieurs moments l’auteure soulève des points intéressants. Néanmoins, à mon sens, ces éléments ne sont pas assez exploités. Et c’est dommage!

Quant à l’univers, celui-ci reste très basique. Il n’y a pas de magie, pas de créatures, juste un monde inspiré de l’Antiquité. Je pense que c’était un bon parti pris vu que l’histoire devait se centrer sur des intrigues de cours. Le problème, c’est que les intrigues sont trop artificielles et ne malmènent pas suffisamment les personnages.

En résumé, Prince Captif constitue une oeuvre trop classique et c’est dommage parce qu’au-delà ça il s’agit d’un livre plutôt bien écrit qui a le mérite de parler d’homosexualité, un sujet peu traité en fantasy.

 

Voilà, cette chronique s’achève ici. J’espère qu’elle vous a plu. Si c’est le cas, n’hésitez pas à la commenter et à la partager sur les réseaux sociaux.

A bientôt!

 

 

 

 

 

6 réponses à « Pause Café: mon avis sur l’intégrale de Prince Captif »

  1. J’ai lu cette série il y a un moment. Elle n’est pas à la hauteur de GOT pour moi c’est évident, mais j’avais bien aimé les trahisons successives, ou plutôt les révélations successives de complots imaginés par XXXXXXX (j’ai oublié son nom) machiavélique à souhait. A certains moments, c’est difficile de savoir ce que sait Laurent, ce qu’il croit savoir, ce qu’il fait semblant de savoir, etc. Au niveau du worldbuilding ce qui me gênait plus, c’était cette société (idem j’ai oublié le nom du pays – le royaume de Laurent) où l’homosexualité est la norme. Je comprends bien que ça sert l’intrigue, mais je ne peux pas m’empêcher de me demander comment ils se reproduisent…

    1. Bonjour Hélène. Tout d’abord, excuse-moi j’ai légèrement modifié ton commentaire pour éviter qu’une partie de l’intrigue soit révélée au lecteur du blog (j’ai juste mis “XXXXXXX” au lieu du nom que tu donnais).

      Oui, il y a vraiment des choses intéressantes dans ce livre. Le problème, pour moi, c’est que ce qui fait le sel du livre: le rapport maître/esclave entre les protagonistes n’est pas exploité à fond.

      Pour ce qui est du worldbuilding, le pays du prince jouit d’une grande liberté. L’homosexualité, l’hétérosexualité et la bisexualité sont considérées comme tout à fait normales tandis que dans le pays de Damen justement, il y a plus de restrictions (si je me rappelle bien, car ma lecture date un peu ^^). D’ailleurs, je me rappelle que ça m’avait un petit peu déçu que l’auteure ne joue pas plus avec le choc culturel.

      Merci beaucoup pour ton retour d’expérience en tout cas 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

j'ai lu la politique de confidentialité (à cocher avant de poster un commentaire).